La pleine lune du 31 octobre 2020

Bientôt se lève la Pleine Lune du Chasseur. On l’appelle aussi Lune de Sang et, cette année, elle tombe le même jour qu’Halloween / Samhain. Ses noms sont on ne peut plus clairs : c’est la saison de la chasse, d’ailleurs officiellement ouverte depuis mi-septembre. À cette même époque, les hommes ont traditionnellement chassé pour faire des réserves avant l’hiver, puisqu’après les dernières récoltes, les conditions étaient optimales pour piéger des proies. Le temps est à l’action !

Au jardin, les racines règnent et les fruits et légumes de garde dorment déjà dans la paille tandis que la forêt se prépare à l’hiver. La chute des feuilles est chaque jour plus spectaculaire et donne son autre nom à cette lune, la Lune des Feuilles. C’est une lune de transition : les nuits sont claires et de plus en plus froides, la lumière est déjà hivernale mais nous ne sommes pas encore entrés dans les mois sombres.

Cette transition, la Wicca en fait un sabbat majeur, une fin d’année où meurt le Dieu Lumineux. À Rome, deux gestes sacrés venaient symboliser la fin de la saison de la guerre : un sacrifice de cheval et une purification des armes. Plus nettement encore, les Celtes la célébraient le 31 octobre avec Samhain. On éteignait les feux de l’âtre avant de se rassembler à la nuit tombante sur la place. Les druides procédaient sans doute à l’allumage d’un nouveau feu sacré. Chaque maîtresse ou maître de maison repartait ensuite avec quelques braises tirées du nouveau feu sacré pour rallumer un nouveau feu qui devait durer jusqu’à la prochaine fête de Samhain et protéger ainsi le foyer tout au long de l’année.

Samhain était aussi pour les Celtes la période où les frontières entre les mondes étaient les plus fines et poreuses, pour un temps de clairvoyance et de divination, mais la méditation ne portera pas sur ça : il s’agit de puiser dans l’énergie et la détermination du chasseur ou de la chasseresse, et sa détermination pour évaluer nos accomplissements et nous en fixer de nouveaux.

À nouveau, ce moment de méditation est conçu pour faire date et faire sens, pour marquer un moment important, de pause et de retour à soi. C’est tout le sens d’un rituel, je crois.

1. Purifiez d’abord votre intérieur, dans l’idée de chasser l’ancien et d’accueillir le nouveau : grand ménage (oui, encore !), fumigation, bain, etc.

2. Rassemblez tous les voeux que vous avez pu formuler durant l’année : voeux de nouvelle lune, résolutions du Nouvel An, rituels de pleines lunes, etc.

3. Organisez ensuite votre intérieur : beaucoup de bougies, dont une neuve pour symboliser la transition. Des bougies rouges peuvent évoquer les couleurs automnales, le sang des proies et l’énergie vitale. Des sons de forêt pourraient aider à la méditation. Faites également en sorte de pouvoir vous retrouver dans le noir complet (à défaut de faire ça à l’extérieur, évidemment)

4. Relisez ensuite vos divers voeux et souhaits. Si vous ne les aviez pas marqués, tâchez de vous rappeler ce dont vous aviez rêvé. Si vos objectifs sont atteints, il n’y a aucune raison de garder ces papiers : brûlez-les ou déchirez-les théâtralement ! Si certains voeux restent à atteindre, faites une nouvelle liste en les y incluant, mais barrez les autres. Méditez quelques instants sur l’année qui vient de s’écouler, puis formulez d’autres souhaits, bonnes résolutions, objectifs, etc.

5. Fermez ensuite les yeux et visualisez-vous dans une forêt. Sentez la puissance des arbres, puisez un peu de leur force. Pensez alors à l’une de vos peurs : grande phobie, petite angoisse, souci constant, ce que vous souhaitez. Donnez-lui une forme. Visualisez-vous courant ou tirant des flèches sur cette peur incarnée. Vous n’êtes plus la proie de cette peur : au contraire, vous la faites fuir ! Vous êtes la ou le novice qui prend soudain courage et qui sourit, comme énivré·e de ce nouveau soi. Ciblez, visez, tâchez de la faire disparaitre, cette peur ! Chassez-la au loin, tout au fond de la futaie. Recommencez si vous en éprouvez le besoin.

6. Procédez à la même visualisation avec un de vos nouveaux objectifs si vous en avez le temps. La Pleine Lune du Chasseur est celle de l’action, profitez de son intense énergie !

7. Lisez ou récitez, pour finir, ces quelques mots. Mettez-y l’intention que vous souhaitez : méthode Coué, parole prophétique, mantra, prière à la lune ? Qu’importe, tant que vous visualisez pleinement les mots en les lisant !

Cette nuit, sous cette pleine lune, j’ai conscience des énergies qui m’entourent et de ce feu intense en moi. Dans le creux de ma main, j’ai de nouveaux départs, de l’espoir et de la vitalité. J’ai toutes les ressources en moi. L’urgence de renouveau est intense et je suis prêt.e à rayonner dans un nouveau cycle de créativité. J’en ai la capacité. Je laisse aller la colère, je cultive la bravoure, je renforce mon énergie, je protège, je me protège, j’ouvre des chemins, je relève des défis, je franchis des obstacles. Je suis la chasseresse / le chasseur qui avance dans les bois, j’ai sa force et son courage et j’avance sans peur de l’obscurité.

8. Soufflez alors toutes les bougies, pour renouer avec le rituel ancestral de Samhain. Le feu est éteint. Vous êtes dans le noir complet mais vous n’avez pas peur. Un chasseur ou une chasseresse n’a pas peur des bois sombres ! Vivez cette obscurité sereinement, inspirez profondément et, au bout de quelques instants, allumez votre bougie toute neuve : la lumière revient, un nouveau cycle va naitre. Et vous êtes prêt·e pour entretenir ce feu nouveau et pour courir dans les bois ! Belle Lune du Chasseur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.